icone-retour-accueil  > Les pratiques  > Pneumologie  >  Infections virales des voies respiratoires : stratégie thérapeutique

Infections virales des voies respiratoires : stratégie thérapeutique

15.04.2016

Les infections virales des voies respiratoires concernent chaque année des millions de personnes et représentent une cause majeure de morbimortalité, en particulier aux âges extrêmes de la vie, chez les patients immunodéprimés et ceux souffrant d’une maladie pulmonaire ou cardiaque sous-jacente. La présentation de l’infection peut aller du simple rhume à la détresse respiratoire. Si la grippe et à un moindre degré les bronchiolites à virus respiratoire syncytial des nourrissons sont bien connues, de nombreux autres virus respiratoires, identifiés par les nouvelles techniques microbiologiques peuvent être en cause. La caractéristique de ces infections est leur grande contagiosité ce qui explique le risque de survenue d’épidémies sévères. La transmission se fait par les gouttelettes émises soit directement par la toux ou l’éternuement soit indirectement par les mains. La lutte contre les virus respiratoires est un enjeu majeur en termes de santé publique et nécessite de développer des stratégies à la fois préventives et curatives. 

Aujourd’hui, les stratégies préventives reposent sur la diffusion large de règles d’hygiène simples et la vaccination qui concerne actuellement très peu de virus. La vaccination antigrippale dont la composition doit être ajustée chaque année du fait des modifications génétiques constantes des virus grippaux a fait la preuve de son efficacité chez les patients à risque de développer une grippe grave. Il s’agit du seul vaccin antiviral recommandé pour une large population, dans cette indication. Un anticorps monoclonal dirigé contre le virus respiratoire syncytial peut être indiqué dans une population très restreinte de nourrissons. En termes curatif, les antibiotiques n’ont pas d’effet sur les virus respiratoires et il existe aujourd’hui peu de traitements antiviraux qui ont fait la preuve de leur efficacité.  C’est le cas des traitements dirigés contre le virus de la grippe, en particulier les inhibiteurs de la neuraminidase, une protéine présente à la surface du virus. Cependant, l’émergence de résistance aux traitements antiviraux  et l’identification de nouveaux virus respiratoires compliquent l’approche thérapeutique des infections virales respiratoires. Le problème majeur auquel est confronté le praticien réside dans la multiplicité des virus respiratoires susceptibles d’être responsables d’une même symptomatologie, et de l’approche thérapeutique actuelle ne ciblant qu’un seul virus. Ceci nécessite d’une part de disposer d’un test permettant d’identifier très rapidement le virus en cause car les traitements curatifs actuels ne sont efficaces qu’à un stade précoce de l’infection, et en parallèle, de développer de nouvelles approches thérapeutiques ciblées plus largement sur le renforcement des défenses immunitaires antivirales. La recherche est actuellement très active dans ce domaine.

Le 3 juillet 2015
Pr Anne Bergeron
– Hôpital Saint Louis Paris, coordinatrice du groupe
pour la recherche et l’enseignement en pneumo-infectiologie (Grepi)
de la Société de pneumologie de langue française

Les propos tenus dans cet article sont sous la responsabilité de leur auteur.
Nous contacter