icone-retour-accueil  > Les pratiques  > Pneumologie  >  Tuberculose pulmonaire multirésistante en France

Tuberculose pulmonaire multirésistante en France

15.04.2016

La tuberculose pulmonaire est une maladie infectieuse, se transmettant par voie aérienne et se traitant par quatre antibiotiques pendant 2 mois suivis de 4 mois de traitement avec deux antibiotiques. Lorsque le traitement n’est pas correctement pris, que ce soit en termes de nombre d’antibiotiques ou de durée de traitement, la bactérie devient résistante à un ou plusieurs antibiotiques. Le patient développe alors une tuberculose résistante qu’il peut transmettre à d’autres personnes.

La tuberculose multirésistante se définit par une résistance simultanée de la bactérie responsable de la tuberculose aux deux principaux antibiotiques efficaces. Parfois, la souche est résistante à beaucoup plus d’antibiotiques, elle peut devenir « extrarésistante ». En 2001, il y avait  en France 29 cas de patients ayant une tuberculose multirésistante et en 2013, il y en avait 83 cas. Il s’agit d’une nette augmentation mais ces patients ne représentent qu’une toute petite partie des patients ayant une tuberculose pulmonaire en France. Le  traitement de cette tuberculose multi ou extrarésistante est basé sur une association, le plus souvent de 5 à 6 antibiotiques auxquels la souche de tuberculose est sensible pour une durée de 18 à 24 mois.

Ce traitement est beaucoup plus lourd et long que celui d’une tuberculose sensible car les molécules sont moins efficaces. Le meilleur moyen aujourd’hui de limiter le développement et la dissémination des souches de tuberculose multirésistante est la prévention : traiter correctement les tuberculoses sensibles (nombre d’antibiotiques, posologie, durée) et rechercher systématiquement, en cas de facteurs de risque, une éventuelle résistance de la souche,  et cela avant la mise en place du traitement. Les principaux facteurs de risque d’avoir une tuberculose résistante sont :

  • un antécédent de traitement antituberculeux
  • le fait de venir d’une région du monde où il y a un taux élevé de tuberculose résistante (essentiellement les pays de l’ex-union soviétique)
  • ou d’avoir été en contact avec un patient ayant lui-même une tuberculose multirésistante.

 

Le 3 juillet 2015
Dr Claire Andrejak

Déclaration d'intérêts
Consultez la déclaration d’intérêt du Dr Claire Andrejak

Les propos tenus dans cet article sont sous la responsabilité de leur auteur.
Nous contacter