English version

Développer la qualité dans le champ
sanitaire, social et médico-social

Recherche

Avancée
impression

La check-list dans la certification

Depuis janvier 2010, la check-list « Sécurité du patient au bloc opératoire » est devenue exigible en France à travers la procédure de certification des établissements de santé. Sa mise en place est systématiquement vérifiée par les experts-visiteurs, à partir de l'étude des manuels V2007 et V2010.

Modalité de mise en œuvre de la check-list "Sécurité des patients au bloc opératoire" et constats des experts-visiteurs de la HAS.


Son appropriation repose sur :

  • un engagement de la direction,
  • un engagement de la commission/conférence médicale d’établissement dont le rôle est renforcé par le décret 2010-1408 du 12 novembre 2010 notamment pour la lutte contre les événements indésirables associés aux soins dans les établissements de santé,
  • un relais effectif de l'encadrement, responsable de pôle, conseil de bloc; cadres de santé,
  • la participation de l'ensemble des professionnels qui exercent au bloc opératoire.

Trois critères de bonne utilisation de la check list sont retenus :

  1. tous les items sont considérés,
  2. les items sont vérifiés de manière partagée au sein de l'équipe,
  3. l’identification et la gestion concertée d'élément de non-conformité sont tracés, que la décision soit celle d'un Go (les cas échant en procédure dégradée), soit d'un No-Go (arrêt de la procédure).

L'expert-visiteur en visite de certification s’interroge notamment sur sa mise en œuvre au quotidien (intégrée au déroulement du programme opératoire). Il ne doit pas s'agir d'un remplissage passif, voire a posteriori des items mais d'un renseignement proactif au fur et à mesure de la réalisation partagée et croisée au sein de l'équipe.

Il importe que le time-out (temps de pause avant incision) soit pratiqué pour toutes les interventions et qu’il constitue un véritable moment d’échange oral des informations.

L’établissement présente aux experts-visiteurs :

  • l’état de déploiement de la check-list dans l’établissement au moyen d’une cartographie fonctionnelle couvrant tout ou partie des activités au bloc opératoire et autres secteurs interventionnels,

  • la stratégie d’implantation utilisée : réunions, informations des équipes, affichage ou autre,

  • les supports retenus (papier ou informatique), le mode d’archivage,

  • la réalité de l’utilisation au quotidien avec rencontres de professionnels des 3 métiers du bloc : chirurgiens, anesthésistes-IADE, IBODE ; il sera intéressant de connaître leur décision concernant la nomination du coordonnateur Check-list, la fréquence des No-Go (c’est à dire le nombre de Non (Items non vérifiés de manière croisée) et leur gestion quant aux décisions d’arrêt de la procédure chirurgicale,

  • une évaluation succincte de son utilisation par les équipes (indicateurs de pratiques – % de renseignements de la liste, de résultats intermédiaires type ABprophylaxie, ou de résultats finaux – exemple taux d’ISO).

Mis en ligne le 10 Feb 2016