Share Print

Réadaptation fonctionnelle

Web page - Posted on Oct 07 2011

[toc/]

 

Prise en charge des tendinopathies de la coiffe des rotateurs

Les recommandations couvrent ici tous les aspects de la prise en charge des tendinopathies non traumatiques de la coiffe.

Diagnostic
La démarche conduisant au diagnostic de tendinopathie de la coiffe est avant tout clinique.
Ses temps sont : l’interrogatoire, l’inspection/palpation, l’examen des amplitudes passives et actives et le testing de coiffe.
La radiographie standard est l’examen d’imagerie de première intention en cas de douleur chronique. Il peut être complété, mais en aucun cas remplacé, par l’échographie. L’IRM, l’arthro-scanner et l’arthro-IRM ne devraient être envisagés qu’en cas d’échec d’un traitement médical bien conduit, et prescrits par un praticien spécialisé à-même d’orienter le projet thérapeutique.

Thérapeutique
Le traitement de première intention des épaules douloureuses chroniques par tendinopathie de la coiffe est médical, même en cas de rupture tendineuse. Il comprend les antalgiques et anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux, les infiltrations et la kinésithérapie à base d’exercices.
La chirurgie est discutée en cas de rupture transfixiante, en absence d’amélioration après 6 mois de traitement médical. Elle n’est alors pas systématique. Les techniques chirurgicales sont le débridement arthroscopique, la réparation et la chirurgie prothétique. L’orientation thérapeutique dépend du contexte clinique local et général, ainsi que de l’évaluation morphologique permise par l’IRM, l’arthro-scanner ou l’arthro-IRM.
La rééducation post-opératoire est fondamentale après une arthroplastie ou une chirurgie de rupture de la coiffe. Une hospitalisation en service de médecine physique et de réadaptation est indiquée après une arthroplastie. L’hospitalisation n’est en revanche pas systématiquement nécessaire pour la rééducation après une chirurgie non prothétique.

 

Prise en charge de la lombalgie

Près d’un tiers des actes de masso-kinésithérapie de ville concernent la lombalgie commune. Des recommandations traitent de cette thérapeutique dans cette indication.
La masso-kinésithérapie est recommandée dans les formes sub-aiguës, récidivantes ou chroniques de lombalgie commune. Cette indication relativement large ne doit toutefois pas faire oublier que l’argumentaire le plus robuste concerne les lombalgies chroniques.
L’objectif est alors la reprise d’activité. Les moyens sont avant tout la mobilisation lombaire, les étirements, le renforcement des muscles du tronc et les exercices de remise en condition physique. Ils sont mis en œuvre au cours de séances d’une trentaine de minutes, au cours de 10 à 15.
Les recommandations soulignent l’importance de la communication entre le masseur-kinésithérapeute et le médecin prescripteur, ainsi que celle de l’orientation du patient vers une prise en charge multidisciplinaire en cas d’échec thérapeutique.

 

Rééducation post-chirurgicale du genou

Les recommandations sur la rééducation post-opératoire du genou concernent la ligamentoplastie du croisé antérieur et l’arthroplastie totale.
Elles soulignent l’importance de l’organisation de la rééducation post-opératoire, avant même l’intervention chirurgicale, celle des principes actifs que sont la masso-kinésithérapie et l’éducation thérapeutique, et celle de la circulation d’information entre les différents intervenants que sont le chirurgien, les rééducateurs et le médecin traitant.

 

Octobre 2011
Dr Johann Beaudreuil – Hôpital Lariboisière – Paris

Déclaration d'intérêts
Consultez la déclaration publique d'intérêts du Dr Johann Beaudreuil

Les propos tenus dans cet article sont sous l'entière responsabilité de leur auteur.