Share Print

Prise de médicaments lors de l'hospitalisation : le patient acteur ?

Web page - Posted on Jan 21 2016

La HAS a engagé une réflexion sur le rôle du patient et de son entourage dans sa prise en charge médicamenteuse lors d'une hospitalisation, y compris à domicile. Une consultation publique et des rencontres ont été organisées. Objectifs ? Recueillir le point de vue des professionnels de santé et des représentants des usagers impliqués dans le processus de soins, proposer des évolutions de la réglementation et sécuriser les pratiques de prise en charge médicamenteuse.

 

La HAS a réuni un groupe de travail pour adapter le guide « Outils de sécurisation et d’autoévaluation de l’administration des médicaments » au secteur de l’hospitalisation à domicile (HAD). Les établissements d’HAD sont soumis aux mêmes obligations règlementaires que les établissements de santé avec hébergement.
Le point critique central identifié par le groupe de travail est l’autoadministration par le patient, éventuellement aidé de son entourage.


Considérer qu’un professionnel de santé est présent pour toute administration de médicaments ne correspond pas à la pratique constatée en HAD. Et, en dehors des horaires de passage des soignants, l’administration est assurée par le patient et/ou son entourage.


La sécurité du patient, en particulier en HAD, intègre des préoccupations comme :

  • L’évaluation et l’adaptation du domicile aux besoins de soins ;
  • La prise en compte de l’environnement et de l’entourage dans les soins ;
  • La coordination avec les professionnels sanitaires et sociaux de la ville (médecins traitants, professionnels de santé libéraux, officines pharmaceutiques, services à domicile, services sociaux) ;
  • La présence en discontinue de professionnels de santé.

 

D’un point de vue réglementaire, « La pratique d’administration du médicament par le patient lui-même ne repose sur aucune base légale » et la HAS ne peut se fonder uniquement sur la circulaire du 14 février 2012 pour proposer des outils destinés à sécuriser cette pratique.


En juillet 2015, lors d’une rencontre avec les professionnels de santé et les associations de patients organisée par la HAS, des attentes fortes ont été exprimées sur différents points :

  • l’affirmation de l’autonomie du patient et son implication comme coacteur de sa sécurité sous certaines conditions : adaptation au cas par cas pour décider de cette pratique, accord du patient et de son entourage, évaluation avec critères définis et suivi ;
  • l’évolution attendue de la réglementation qui doit mieux prendre en compte le principe de réalité de l’autoadministration sans amoindrir la sécurité du patient ;
  • le fait que tous les secteurs hospitaliers sont concernés, avec une attention particulière pour l’HAD ;
  • la nécessaire mise à disposition d’outils pour les professionnels de santé, voire pour les patients.

 

Arielle Fontaine – HAS