Citer cette publication Share Impression

ADAKVEO (crizanlizumab)

Avis sur les Médicaments - Mis en ligne le 07 mai 2021

Nature de la demande

Inscription

Première évaluation.

Avis favorable au remboursement dans la prévention des crises vaso-occlusives (CVO) récurrentes chez les patients atteints de drépanocytose âgés de 16 ans et plus. Il peut être administré en association avec de l’hydroxyurée/de l’hydroxycarbamide (HU/HC) ou en monothérapie chez les patients chez qui le traitement par HU/HC est inapproprié ou inadéquat.

Le maintien de cet avis est conditionné à la soumission des résultats de l’étude de phase III comparant le crizanlizumab au placebo et des données du registre des patients traités en France ; une réévaluation par la Commission aura lieu dans un délai maximum de 4 ans.

Quel progrès ?

Pas de progrès, en l’état actuel des données.

Quelle place dans la stratégie thérapeutique ?

Les complications aiguës de la drépanocytose telles que les crises vaso-occlusives, syndromes thoraciques aigus, priapisme et accidents vasculaires cérébraux constituent des urgences thérapeutiques. Les traitements de fond actuellement disponibles traitent l’anémie (transfusions sanguines) et permettent de diminuer les taux d’HbS (hydroxycarbamide et échanges transfusionnels). La greffe de cellules souches hématopoïétiques constitue actuellement la seule approche thérapeutique curatrice. Réservée aux formes graves, elle est généralement effectuée à partir d’un donneur HLA identique issu de la fratrie.

L’hydroxycarbamide est efficace pour réduire la fréquence et la sévérité des crises douloureuses chez l’enfant et l’adulte ainsi que les récidives de syndrome thoracique aigu chez les adultes. L’hydroxycarbamide reste le traitement de référence dans la prévention des crises vaso-occlusives (CVO) récurrentes chez les patients atteints de drépanocytose âgés de 16 ans et plus.

Place du médicament

Considérant :

  • le besoin médical dans cette maladie en particulier chez les patients pour lesquels le traitement par hydroxycarbamide est inapproprié ou inadéquat,
  • les données disponibles préliminaires issues d’une étude de phase II montrant une quantité d’effet modeste (avec seulement 1,35 crises vaso-occlusive évitée par an par rapport au placebo) dans une population hétérogène en termes de gravité et d’antécédent de traitement par l’hydroxycarbamide
  • les résultats de cette étude qui ne permettent pas de positionner ADAKVEO (crizanlizumab) par rapport à l’hydroxycarbamide, traitement de référence dont l’efficacité est établie pour prévenir la survenue des crises vaso-occlusives,
  • le faible recul en termes d’efficacité et de tolérance (1 an),

la Commission de la Transparence considère, qu’en l’état actuel du dossier, le crizanlizumab ne peut se substituer à un traitement par l’hydroxycarbamide bien conduit réalisé à une posologie adaptée sur une durée de traitement adéquate, et après s’être assuré de la bonne observance de ce traitement. De ce fait, un traitement par crizanlizumab doit être envisagé préférentiellement en association à l’hydroxycarbamide. Toutefois, le crizanlizumab, selon son RCP, pourra être prescrit en monothérapie uniquement chez les patients chez qui le traitement par HU/HC est inapproprié ou inadéquat.


Service Médical Rendu (SMR)

Faible

Le service médical rendu par ADAKVEO (crizanlizumab) est faible dans l’indication de l’AMM.


Amélioration du service médical rendu (ASMR)

V (absence)

Compte tenu :

  • d’une efficacité modeste démontrée dans une étude de phase II du crizanlizumab par rapport au placebo en termes de réduction du taux annuel médian de crises vaso-occlusives avec une réduction seulement de 1,35 crises par an avec le crizanlizumab (taux annuel médian de crises vaso-occlusives dans le groupe crizanlizumab 5,0 mg/kg de 1,63 [0,0-24,3] versus 2,98 [0,0-24,3] dans le groupe placebo ; différence des médianes selon la méthode de Hodges-Lehmann de -1,01, IC95% [-2,00 ; 0,00]), p=0,010),
  • d’une efficacité évaluée dans une population hétérogène de patients en termes de gravité de la maladie avec une majorité de patients avec un faible taux de crises annuel (soit de 2 à 4 crises au cours de l’année précédant l’inclusion pour 62,6% des patients) et une minorité de patients (37,4%) ayant entre 5 et 10 crises vaso-occlusives au cours de l’année précédant l’inclusion ; ainsi qu’une majorité de patients traités par hydroxycarbamide à l’inclusion (62,1%),
  • de l’impossibilité d’estimer la quantité d’effet du crizanlizumab d’une part en monothérapie chez les patients pour lesquels le traitement par hydroxycarbamide est inapproprié ou inadéquat, et d’autre part en association avec l’hydroxycarbamide liée à l’hétérogénéité de la population incluse,
  • du profil de tolérance du crizanlizumab qui apparait favorable, avec toutefois un recul limité à 1 an,
  • de l’absence de données d’efficacité et de tolérance du crizanlizumab versus le traitement de référence, hydroxycarbamide,

la Commission considère qu’ADAKVEO (crizanlizumab) n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans la prévention des crises vaso-occlusives (CVO) récurrentes chez les patients atteints de drépanocytose âgés de 16 ans et plus, en association avec de l’hydroxyurée/de l’hydroxycarbamide (HU/HC) ou en monothérapie chez les patients chez qui le traitement par HU/HC est inapproprié ou inadéquat.


Nous contacter

Évaluation des médicaments