Citer cette publication Share Impression

IMFINZI (durvalumab) - Cancer bronchique à petites cellules à un stade étendu (CBPC-SE)

Avis sur les Médicaments - Mis en ligne le 11 mars 2021

Nature de la demande

Extension d'indication

Nouvelle indication.

Avis favorable au remboursement dans le traitement de première intention des patients adultes atteints d'un cancer bronchique à petites cellules à un stade étendu (CBPC-SE), en association à l’étoposide et au carboplatine ou au cisplatine,

Quel progrès ?

Un progrès thérapeutique par rapport à la chimiothérapie carboplatine/cisplatine + étoposide

Quelle place dans la stratégie thérapeutique ?

Le traitement du carcinome bronchique à petites cellules (CBPC) de stade étendu repose sur une association de chimiothérapies dont plusieurs protocoles ont montré une efficacité similaire.

Le traitement de première intention est le protocole cisplatine/carboplatine + étoposide pendant 4 à 6 cycles. Pour les patients âgés, fragiles (ECOG ≥ 2) ou avec une contre-indication à l’utilisation du cisplatine il est recommandé d’utiliser du carboplatine.

Les dernières recommandations américaines NCCN (2020) et AURA (2020) préconisent l’utilisation d’une immunothérapie, atezolizumab (TECENTRIQ) ou durvalumab (IMFINZI), en association à la chimiothérapie d’induction à base de sels de platine puis en traitement d’entretien.

D’autres protocoles peuvent également être utilisés (notamment en cas de contre-indication à l’étoposide), tels que les associations avec de l’irinotécan.

Une irradiation thoracique complémentaire pour les patients PS (0-1), en réponse significative après la chimiothérapie et avec une masse tumorale extra-thoracique limitée peut être discutée (stade IV).

Place du médicament

IMFINZI (durvalumab), immunothérapie anti-PD-L1, utilisé en association avec une chimiothérapie carboplatine ou cisplatine + étoposide, puis seul en traitement d’entretien, est une option thérapeutique en traitement de 1ère intention chez les patients adultes atteints d’un CBPC étendu. Son efficacité en termes de survie globale a été démontrée, en association à l’étoposide et au choix pour le sel de platine, avec le carboplatine ou le cisplatine.

La Commission souligne néanmoins :

  • qu’une sous-population de patients « bon répondeurs » semble bénéficier du traitement à long terme sans qu’il ne soit possible de les identifier,
  • que l’on ne dispose pas de donnée chez les patients avec un score de performance ECOG > 1 et,
  • que les données sont limitées chez les patients ayant des métastases cérébrales.

Service Médical Rendu (SMR)

Important

Le service médical rendu par IMFINZI (durvalumab) est important dans la nouvelle indication de l’AMM.


Amélioration du service médical rendu (ASMR)

IV (mineur)

Compte tenu de :

  • la démonstration de la supériorité du durvalumab associé à la chimiothérapie carboplatine ou cisplatine + étoposide par rapport à la chimiothérapie seule, dans une étude randomisée réalisée en ouvert, en termes de survie globale (SG, critère de jugement principal),
  • la quantité d’effet jugée modeste mais cliniquement pertinente au regard de la maladie avec un gain en SG de 2,7 mois ; HR = 0,73 ; IC98,22% [0,56 ; 0,95] ; p=0,0047),
  • l’absence de données robustes sur la survie sans progression considérée comme exploratoire du fait de l’interruption de la séquence hiérarchique d’analyse,

et malgré :

  • le caractère exploratoire des données de qualité de vie,
  • le profil de tolérance de l’association durvalumab + carboplatine ou cisplatine + étoposide acceptable par rapport à la chimiothérapie seule avec une fréquence comparable d’EI de grade = 3 (62,3% vs. 62,8%) et d’EIG (32,1% vs. 36,5%) mais marqué par des EI immuno-médiés (20% dans le groupe durvalumab + carboplatine/étoposide),
  • l’incertitude concernant l’effet du durvalumab compte tenu de la difficulté à distinguer la part attribuable au traitement d’induction en association avec la chimiothérapie de celle attribuable au traitement d’entretien par durvalumab seul et,
  • l’impossibilité d’identifier les patients « bons répondeurs » qui semblent bénéficier du traitement à long terme,

la Commission considère qu’IMFINZI (durvalumab) en association au carboplatine et à l’étoposide, apporte comme TECENTRIQ (atezolizumab) une Amélioration du Service Médical Rendu mineure (ASMR IV) par rapport à la chimiothérapie seule, en 1ère ligne de traitement du cancer bronchique à petites cellules (CBPC) de stade étendu.


Nous contacter

Évaluation des médicaments