Citer cette publication Share Impression

Rééducation à la phase chronique d’un AVC de l’adulte : Pertinence, indications et modalités - Note de cadrage

Recommandation de bonne pratique - Mis en ligne le 26 févr. 2020

Saisine

La Haute Autorité de santé (HAS) et la Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation (SOFMER) ont souhaité élaborer conjointement cette recommandation de bonne pratique sur la rééducation à la phase chronique d’un accident vasculaire cérébral AVC, en y associant le Collège de la Masso-Kinésithérapie (CMK) et le Conseil National Professionnel de l’Ergothérapie (CNPE).

Contexte du thème

Ce travail se place dans la continuité des travaux déjà réalisés par la HAS (Retour au domicile des patients adultes atteints d’accident vasculaire cérébral, Méthodes de rééducation de la fonction motrice chez l'adulte, Évaluation fonctionnelle de l’AVC : référentiel d’auto-évaluation des pratiques professionnelles en masso-kinésithérapie, etc.) et en cohérence avec la recommandation HAS  sur « Pertinence des parcours de rééducation/réadaptation après la phase initiale de l’AVC ».

Ce domaine, important en nombres de patients concernés et professionnels impliqués, n’a pas encore fait l’objet d’une analyse systématisée alors même que les enjeux dans l’organisation de la prise en charge et le champ des sciences de la réadaptation portés par les tutelles sont majeurs.

Pour limiter l’impact fonctionnel de ces déficiences, seules des prises en charges rééducatives et/ou réadaptatives peuvent améliorer l’autonomie et la qualité de vie de ces patients. Ces prises en charges sont délivrées par des professionnels de la rééducation soit lors de consultations libérales, soit dans le cadre de prise en charge multidisciplinaires, pluri professionnelles et coordonnées : hospitalisation temps complet ou temps partiel en Médecine physique et de réadaptation (MPR) ou en Soins de suite et de réadaptation (SSR), hospitalisation à domicile généraliste ou spécialisée, équipe mobile, ou en institution (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), Foyer d'accueil médicalisé (FAM), Maison d'accueil spécialisée (MAS), Unité de soins de longue durée (USLD), etc.).

On note de grandes disparités dans le suivi, qui semblent dues aux possibilités de remboursement des activités rééducatives et à la densité de professionnels sur les différents territoires.

En l’absence de cadre réglementaire, aucune recommandation reconnue n’existe pour ces pratiques à la phase chronique. La pertinence, les indications et les modalités des prises en charges rééducatives nécessitent donc d’être précisément étudiées pour permettre un meilleur accompagnement de l’ensemble des patients ayant des séquelles d’un AVC.

Les points d’amélioration des pratiques attendus en termes de qualité et de sécurité des soins sont :

  • guider les indications et les modalités de la rééducation dans un objectif de pertinence ;
  • identifier des populations de patients nécessitant des prise en charges spécifiques : place des prises en charge pluridisciplinaires et pluri-professionnelles coordonnées, place des séjours en hospitalisation, place des équipes mobiles ;
  • préciser l’intérêt de prises en charge novatrices souvent peu développées ;
  • harmoniser et optimiser les pratiques en termes de stratégie globale de prise en charge.

Professionnels concernés par le thème

Ces recommandations seront destinées à tous les professionnels qui peuvent être associés à la décision et à la prise en charge des patients ayant des séquelles d’AVC.


Nous contacter

Service des bonnes pratiques professionnelles