Share Impression

Colloque HAS 2016 : La méthode du patient traceur

Une méthode d’évaluation de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients
Article HAS - Mis en ligne le 16 nov. 2016

La méthode du patient traceur repose sur une analyse rétrospective de la prise en charge d’un patient à partir de son expérience et de celle de ses proches. Elle peut être mobilisée dans le cadre d’une démarche d’amélioration des pratiques d’un établissement ou dans le cadre de la certification des établissements de santé.

En quelques mots

Un patient au profil préalablement déterminé, généralement un profil complexe, est sélectionné. Son dossier est examiné par une équipe pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle et son point de vue est recueilli dans le cadre d’un entretien d’environ 30mn. Il s’agit d’analyser la prise en charge du patient sur différents points : son accueil, la prise en compte de ses droits, son vécu, la prise en charge de sa douleur, sa prise en charge médicamenteuse, la préparation à sa sortie, l’organisation au sein de l’équipe, la collaboration interprofessionnelle, …

La HAS a rendu systématique la méthode du patient traceur comme méthode d’investigation dans le cadre de la visite de certification des établissements de santé (V2014). Les experts-visiteurs rencontrent d’abord l’équipe autour de l‘analyse du dossier lors d’un temps d’échange d’environ 2h00. A l’issue de ce premier temps d’échange, une synthèse des points à améliorer et des points positifs est réalisée et validée avec l’équipe. Puis les experts-visiteurs rencontrent le patient préalablement informé, après avoir recueilli son consentement. Cet entretien vient ainsi compléter et enrichir les observations des experts-visiteurs.

Cette méthode est également utilisée par les différents offreurs de soins (en établissements de santé ou en ville) comme méthode d’amélioration des pratiques ou dans leur préparation du compte qualité exigé par la certification, moyennant quelques adaptations méthodologiques. Dans ce cadre, la HAS recommande que les représentants d’usagers (RU) y soient associés, et plus particulièrement à l’entretien avec le patient. En effet, l’écoute et l’interprétation des RU sont différentes de celles des professionnels et c’est le croisement de ces points de vue qui rend la démarche intéressante et contributive.

À quoi cela sert-il ?

La méthode du patient traceur permet :

  • d’intégrer le point de vue du patient en tenant compte de son expérience ainsi que de celle de ses proches dans l’évaluation de la prise en charge en établissement de santé ;
  • d’évaluer le parcours du patient, de l’amont de son hospitalisation jusqu’à l’aval. Le processus de prise en charge du patient depuis son entrée, les interfaces entre les secteurs et la collaboration interprofessionnelle et interdisciplinaire tout au long de la prise en charge et la collaboration avec l’extérieur, en amont et en aval de l’hospitalisation sont étudiés de manière plus ciblée.

Pour les experts-visiteurs, cette méthode leur permet plus spécifiquement d’évaluer en situation réelle la mise en oeuvre des démarches qualité et le respect des critères de la certification.

Pour les offreurs de soins (notamment les établissements de santé), elle présente l’avantage de travailler en équipe pluridisciplinaire et  pluriprofessionnelle à partir de la prise en charge d’un patient. Elle permet d’impliquer, dans une véritable démarche d’équipe, l’ensemble des acteurs qui contribuent à la prise en charge du patient et les RU. Les professionnels de ville peuvent également y être associés (infirmiers, pharmaciens d’officine, kinésithérapeutes, médecins généralistes, etc.). Un regard et une analyse de l’équipe sur ses propres pratiques renforcent la dynamique d’équipe et permettent de développer une culture partagée de la qualité/sécurité. Cette approche d’une évaluation centrée sur le patient est facilement appropriable par les professionnels des équipes de soins, car en lien avec le coeur de leur métier.

Voir aussi